Ooredoo nie en bloc les accusations du collectif de défense des martyrs

Après les accusations proférées à l’encontre de Ooredoo par le collectif de défense des martyrs Belaid et Brahmi, hier, mercredi, l’opérateur téléphonique a tenu a apporter les éclaircissements suivants à l’opinion publique :

  • Ooredoo nie l’ensemble des accusations à son encontre et à l’encontre de son directeur général Mansoor Rashid Al Khater et indique qu’elle opère en Tunisie depuis plus de vingt ans dans le respect total des législations et des normes de protection des données personnelles. L’opérateur indique qu’il n’a pas été informé d’une action en justice dans ce sens et nie toute ingérence des instances judiciaires et officielles de l’Etat,
  • Ooredoo indique que ces accusations ont pour objectif de porter atteinte au parcours d’une entreprise qui a réussi dans son secteur d’activité, ainsi que le découragement de ses équipes et l’atteinte de la crédibilité de l’opérateur sur le marché
  • Ooredoo réitère qu’elle est un opérateur privé apolitique et nie toute connexion avec l’ensemble des partis ou organisations politiques tunisiennes ou étrangères,
  • Ooredoo rappelle qu’elle opère conformément aux normes de sécurité et de gouvernance les plus strictes et les plus transparentes dans le monde et réitère son engagement de servir les intérêts de ses clients et garantir la protection de leurs données personnelles,
  • Ooredoo indique qu’elle entamera les recours nécessaires devant la justice contre le membre pour ses déclarations à la presse et les accusations portant préjudice à l’image de l’opérateur et la confiance de ses clients, et ce en recourant à l’ensemble des moyens juridiques légitimes.

Abonnez-vous aujourd'hui

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

ANALYSE EXPERTISE DES TENDANCES ÉMERGENTES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Exclusif

Articles récents

A lire également