Ooredoo accusé d’espionnage par le Collectif de défense Belaid-Brahmi

Une conférence de presse tenue ce mercredi 9 février 2022 lors de la commémoration du 9e anniversaire de l’assassinat du martyr Chokri Belaid, a été l’occasion de mettre la lumière sur de nouveaux éléments sur cette affaire d’Etat, dont l’implication directe de l’opérateur privé Ooredoo.

Transfert de fonds, cellules d’écoute et rencontres secrètes

En effet, selon des documents provenant directement des renseignements militaires, Ridha Raddaoui membre du Collectif de défense Belaid-Brahmi a accusé Mansoor Rashid Al-Khater, directeur général d’Ooredoo Tunisie, de financer le mouvement Ennahdha avec des fonds énormes (plusieurs millions de dollars) provenant du Qatar, en dehors de la voie bancaire légale.

« Suite à la mise sous écoute de M. Mansoor Rashid Al-Khater, on s’est aperçu que ce monsieur était en relation avec  Bechir Akremi, Taieb Rached etc. Le directeur général de Ooredoo rencontrait M. Ghannnouchi au moins deux fois par mois dans un hôtel de la banlieue nord de Tunis. Il était alors accompagné de toute une équipe technique afin de détecter des micros dissimulés pour s’assurer que ces entretiens demeurent secrets.» a ajouté Raddaoui.

Ce dernier a en outre accusé le directeur général d’Ooredoo Tunisie d’avoir créé une cellule d’écoute afin d’espionner des hommes politiques, de hauts responsables sécuritaires ainsi  des juges non corrompus et de fournir les rapports à Rached Ghannouchi.

 

I.B

Abonnez-vous aujourd'hui

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

ANALYSE EXPERTISE DES TENDANCES ÉMERGENTES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Exclusif

Articles récents

A lire également