Lancement de la première fusée propulsée par des biocarburants

La nouvelle start-up spécialisée en technologie spatiale BluShift propose un nouveau type de propulseur sur le marché du lancement de petits satellites. La société a franchi une étape importante dimanche, avec son premier lancement de fusée réussi. Il s’agit, selon  le média américain Techcrunch, d’un vol à basse altitude d’une petite fusée appelée Stardust 1.0.  Un prototype qui ne peut transporter que 8 kg de charge utile (pour le moment) et ne parcourir que l’espace suborbital.

Beaucoup d’avantages pour les fusées propulsées par les biocarburants

Ces fusées propulsées par des dérivés de biocarburants diffèrent des carburants traditionnels. Celles-ci présentent en effet plusieurs avantages : en termes de sécurité lors de la manipulation et des avantages écologiques lors de la production et de l’utilisation.

La startup travaille sur son biocarburant pour fusées depuis sa création en 2014 et a reçu des subventions du Maine Technology Institute et du programme de recherche sur l’innovation des petites entreprises (SBIR) de la NASA. L’objectif étant d’affiner sa formule de carburant et la conception de ses moteurs de fusée pour une meilleure efficacité énergétique.

Bien que cette expérience soit loin d’égaler les grands projets, Stardust inaugure une nouvelle catégorie de lancements. Cet équipement pourrait par exemple, servir à des expériences de recherche dans l’espace suborbital à des coûts qui placent les lancements à portée de main pour les petites entreprises et les établissements universitaires.

Des futurs engins capables d’atteindre l’orbite terrestre

Stardust 1.0 est conçu pour être réutilisable, bien qu’il ne s’agisse encore que d’un prototype. En outre, la société travaille également sur Startdust 2.0, un deuxième prototype qui devrait augmenter la capacité de charge utile et servir de base pour ses fusées commerciales lors d’une production ultérieure. Ainsi, l’entreprise ne compte pas s’arrêter en si bon chemin puisqu’elle prévoir également de construire des lanceurs à deux étages pour les missions suborbitales « Starless Rogue » et même un lanceur à trois étages «Red Dware» capable d’atteindre l’orbite terrestre.

 

Les articles récents

- Advertisement -

Les plus lus

A lire également

- Advertisement -