Selon une étude Epson, le changement climatique constitue le problème mondial le plus important

En 2023, le baromètre de la réalité climatique d’Epson recueille les opinions de plus de 30 000 personnes sur 39 marchés afin de mieux comprendre les réactions mondiales au changement climatique. Les résultats révèlent que davantage de personnes citent désormais le changement climatique comme un problème mondial majeur que tout autre problème – et que la technologie est considérée comme un élément clé pour résoudre la crise. Pendant la COP 28 aux Émirats arabes unis, Epson s’est concentré entre autre également sur les perspectives uniques de ceux qui sont nés depuis la première COP en 1995 – en explorant leurs expériences et leurs besoins alors qu’ils agissent pour lutter contre le changement climatique.

Le baromètre, qui en est à sa troisième édition, est publié alors que les preuves d’un changement climatique catastrophique se multiplient : températures record de lamer, baisse record des glaces de mer dans l’Arctique et l’Antarctique, événements climatiques extrêmes dans le monde entier. Des événements de plus en plus néfastes sont susceptibles d’expliquer le fait que davantage de personnes citent le « changement climatique » (55 %) que tout autre problème mondial, y compris la « hausse des prix » (53 %), la « pauvreté » (37 %)et les « conflits » (23 %).

Yasunori Ogawa, président mondial d’Epson, a déclaré : « Alors que les effets négatifs s’accélèrent, nous devons plus que jamais comprendre les attitudes à l’égard du changement climatique en cours. Epson s’engage pleinement à atteindre l’objectif de développement durable 13 de l’ONU par le biais d’une action climatique positive – et à fournir des solutions qui enrichissent la vie et construisent un monde meilleur.

« Le Baromètre de la réalité climatique nous a permis d’aller à la rencontre des populations, des générations et des économies, et nous a donné un aperçu de la façon dont le changement climatique transforme nos modes de vie – et de la manière dont nous pouvons tous lutter contre ce phénomène. Nous pensons qu’écouter la jeune génération aidera les gouvernements, les communautés et les entreprises à mieux aligner les actions positives pour soutenir ceux pour qui le changement climatique est une réalité depuis toujours. »

La génération COP – l’optimisme des natifs du changement climatique

Epson met enlumière les attitudes des personnes nées depuis la première COP en 1995. Âgéede 29 ans ou moins, cette génération est la génération COP (Gen COP). Ce sontdes natifs du changement climatique qui ont vécu toute leur vie dans l’ombred’événements météorologiques de plus en plus défavorables – et leursexpériences et leurs points de vue doivent être au cœur de solutions efficaces.

Bien qu’il puissey avoir des différences régionales, le baromètre de la réalité climatiquerévèle qu’au niveau mondial, la Génération COP est le deuxième groupe d’âge leplus optimiste (à égalité avec les 35-44 ans), près de la moitié d’entre eux(49 %) pensant que nous résoudrons la crise climatique au cours de leur vie. En revanche, les 45-54 ans et les 55 ans et plus sont les moins optimistes, avec respectivement 42 % et 32 %.

Les groupes investis dans les décennies à venir – pour eux-mêmes ou par l’intermédiaire de leurs enfants – affichent les niveaux d’optimisme les plus élevés quant à notre capacité à résoudre la crise. Si la génération COP est la tranche d’âge la plus optimiste, le groupe le plus optimiste de tous (55 %) est constitué des parents d’enfants de moins de 18 ans – les « Mom & Pop » du monde.

Si l’on étend cette comparaison, il est clair que l’optimisme conduit à des résultats différents. Interrogés sur les actions positives qu’ils mènent déjà en faveur du climat, les membres de Gen COP enregistrent des niveaux d’action inférieurs à la moyenne mondiale dans neuf des 14 catégories, et des niveaux d’action inférieurs à ceux de Mom & Pop dans 12 des 14 catégories (voir le tableau des actions en faveur du climat).

Les raisons en sont probablement multiples. La génération COP a grandi avec le changement climatique et l’attention croissante portée à l’environnement, tandis que les groupes plus âgés peuvent reconnaître une volatilité croissante au fil du temps. Il est également intéressant de noter que la génération COP considère la « hausse des prix » comme un problème plus important que le « changement climatique » (51 % contre 47 %), ce qui signifie que l’accessibilité des choix durables, souvent plus coûteux, est également une cause probable.

Action climatique et inaction

Si l’action positive en faveur du climat est largement répandue, certains groupes de répondants déclarent qu’ils n’agiront jamais dans des domaines clés. À titre d’exemple, au niveau mondial, 38 % des personnes interrogées déclarent avoir déjà réduit leurs voyages d’affaires et de loisirs internationaux, et 30 %prévoient de le faire. Près d’une personne sur six déclare cependant qu’elle ne le fera jamais (17 %).

Globalement, la réponse « Je ne ferai jamais cela » est également particulièrement visible dans des domaines tels que « Réduire la consommation de produits d’origine animale » (18 %), « Boycotter les marques non durables »(15 %) et « Encourager les amis et la famille à s’informer sur la crise climatique » (10 %).

Les raisons de la résistance à l’action seront complexes, incluant des facteurs géographiques, culturels et économiques et la foi dans la capacité de l’humanité à résoudre le problème sans avoir à prendre des mesures individuelles.

La technologie comme catalyseur

Les personnes interrogées dans le cadre du baromètre considèrent la technologie comme l’arme la plus importante dans la lutte contre le changement climatique catastrophique.

Lorsqu’on leur demande quelle est, selon eux, la chose la plus importante qu’une entreprise puisse faire pour s’attaquer à ce problème, 48 % citent l’investissement dans les technologies environnementales. Cette réponse est suivie de près par l’amélioration du recyclage et de la réutilisation des produits (45 %), la réduction de l’utilisation des ressources (28 %), l’encouragement de la participation des employés aux activités environnementales (21 %) et la compensation de l’impact du carbone et du plastique (21 %), qui constituent les cinq premières réponses.

Henning Ohlsson, directeur du développement durable d’Epson Europe, a déclaré : « Le baromètre de la réalité climatique d’Epson garantit que toutes les voix – y compris celles de la génération COP, souvent négligée – sont entendues alors que le monde s’engage dans la lutte contre le changement climatique. Il a mis en évidence des questions telles que la familiarité et l’accessibilité financière, qui pourraient constituer des obstacles à l’action pour des millions de jeunes. Elle nous montre que certaines personnes continuent d’ignorer le changement climatique catastrophique et refusent, ou se sententin capables, d’agir.

« Toutefois, ces questions ne sont pas des problèmes réservés à des groupes spécifiques : ce sont des défis qui nous concernent tous. Si nous voulons résoudre la crise climatique, nous devons agir tous ensemble.

« Le baromètre d’Epson nous montre également la voie à suivre, car les gen sattendent des entreprises qu’elles prennent la tête de la transition écologique. Epson considère la technologie comme un catalyseur, avec des produits conçus pour utiliser moins de ressources lors de la production et de l’utilisation, pour durer plus longtemps, pour être plus facilement réparables, pour être réutilisés et pour être plus facilement recyclés.  Ensemble, nous pouvons créer les solutions dont les gens ont besoin pour atténuer l’impact sur le climat ».

Méthodologie de l’étude

L’étude a été menée par Censuswide, auprès d’un échantillon de 30 294 répondants généraux âgés de plus de 16 ans (pondérés par l’âge) sur 39 marchés. Les données ont été collectées entre le 13.07.2023 et le 25.07.2023. Censuswide emploie des membres de la Market Research Society et respecte le code de conduite de la MRS qui est basé sur les principes ESOMAR.

 

Les articles récents

- Advertisement -

Les plus lus

A lire également

- Advertisement -