Tabagisme : Prévenir, arrêter et réduire les risques pour une meilleure santé

À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le tabac, une table ronde scientifique a été organisée ce mardi 30 mai par la plateforme de santé www.med.tn. Plusieurs experts et médecins y ont participé, abordant les effets néfastes du tabagisme et l’importance de la sensibilisation à ses dangers.

Des dommages graves causés par le tabagisme

Le Dr. Ridha Ben Arif, spécialiste en pneumologie et allergologie, a présenté ses observations sur le tabagisme, soulignant qu’il constitue une menace à l’échelle mondiale et affecte toutes les populations. En tant que pneumologue, le Dr. Ben Arif a constaté les dommages graves causés par le tabagisme, tels que l’obstruction pulmonaire chronique, les tumeurs et d’autres maladies ayant un impact sur la santé et l’économie tant au niveau individuel que national.

Le Dr. Ben Arif a souligné que 20% des victimes du tabagisme sont des fumeurs passifs et que la Tunisie se classe troisième parmi les pays arabes en termes de taux de tabagisme. Dr. Ben Arif a également ajouté que 80% des problèmes respiratoires sont causés directement ou indirectement par le tabagisme, en mentionnant les cas d’enfants dont les corps subissent les effets négatifs du tabagisme de leurs parents. Cet impact négatif du tabagisme dans le monde a poussé plusieurs pays développés à l’éliminer complètement et à le remplacer par des alternatives moins nocives.

2 millions de personnes meurent de tabagisme passif chaque année

En ce qui concerne le tabagisme passif, environ 2 millions de personnes meurent chaque année en raison de ses effets, ce qui témoigne du manque de sensibilisation aux dangers de la cigarette. Par exemple, le Dr. Ben Arif a mentionné la forte sensibilisation au Japon dès l’école primaire sur les effets nocifs du tabagisme. Il a souligné l’importance de construire une conscience chez les plus jeunes aux méfaits du tabagisme et de renforcer les messages de sensibilisation dans les écoles. Des études ont montré que 80% des fumeurs ont appris à fumer de leurs parents dès l’âge de 12 ans. Il est donc essentiel que les écoles puissent jouer un rôle important dans la sensibilisation et l’orientation des élèves.

Des alternatives ont été développées, telles que les cigarettes électroniques et le tabac chauffé, dans le but de fournir la nicotine, la substance addictive, tout en réduisant les substances cancérigènes présentes dans les cigarettes qui peuvent atteindre jusqu’à 4000 substances cancérigènes.

La dénormalisation du tabac et la sensibilisation à ses dangers

Modther Marzouk, médecin généraliste, a quant à lui partagé son point de vue sur le tabagisme, soulignant qu’il est devenu socialement acceptable et répandu chez toutes les tranches d’âge et les sexes. Il a souligné la nécessité de faire un travail sur la dénormalisation du tabac et la sensibilisation à ses dangers en impliquant les autorités sanitaires, les médecins, les éducateurs, les médias et la société dans son ensemble.

Il a ajouté la nécessité de travailler sur la dépendance comportementale, qui consiste à se tourner vers les alternatives récemment disponibles et qui ont prouvé leur efficacité dans le sevrage tabagique tels que les patchs, les chewing-gum ou encore le tabac chauffé adopté au Japon comme alternative pour aider les fumeurs à réduire leur consommation de tabac ou à se sevrer.

Anas Laouini, spécialiste en psychologie et sexologie, a souligné que le tabagisme est un comportement destructeur qui menace les individus et détériore leur qualité de vie. Il a souligné la nécessité de sensibiliser les fumeurs au fait que le tabagisme entraîne une dysfonction érectile, ce qui peut être un axe incitatif pour arrêter de fumer. M. Anas Laouini a souligné que de nombreuses décisions prises par les individus en ce qui concerne le tabagisme sont irrationnelles et dépendent de l’inconscient et des influences sociales et qu’il est important de traiter les aspects émotionnels et inconscients des fumeurs pour changer leur comportement. Il a aussi lancé un appel à fournir un environnement encourageant l’abandon du tabagisme, comme la réduction des lieux autorisés à fumer et la fourniture d’alternatives saines. Ainsi parmi les solutions qu’il propose, on peut citer :

  • Accroître la sensibilisation et l’éducation sur les risques du tabagisme et ses effets néfastes sur la santé.
  • Fournir des programmes de sensibilisation et d’éducation dans les écoles afin de réduire le début du tabagisme chez les plus jeunes.
  • Organiser de grandes campagnes publicitaires de sensibilisation pour promouvoir le rejet du tabagisme et clarifier ses effets négatifs.
  • Mettre en œuvre des lois strictes interdisant le tabagisme dans les lieux publics et augmenter les taxes et les impôts sur les produits du tabac.
  • Fournir un soutien et une assistance aux fumeurs qui souhaitent arrêter de fumer, y compris une thérapie comportementale et l’utilisation d’alternatives telles que les cigarettes électroniques et le tabac chauffé.

En conclusion, la table ronde scientifique a mis en évidence l’urgence de lutter contre le tabagisme et de sensibiliser les individus à ses effets néfastes. Il est essentiel de continuer à promouvoir des initiatives de sensibilisation et des programmes de prévention pour réduire l’incidence du tabagisme et protéger la santé des individus et de la société dans son ensemble.

Les articles récents

- Advertisement -

Les plus lus

A lire également

- Advertisement -